fans trafic - Trouver des clients pour votre restaurant

Fans Trafic regroupe l'information sur les méthodes marketing via les reseaux sociaux

2 nouveautés du nouvel iPhone qui pourraient profiter aux restaurateurs

jeudi 14 septembre 2017 à 09:22

Apple a présenté ce mardi 12 septembre 2 nouveaux modèles de l’iPhone, le produit le plus populaire de la marque californienne qui vient de fêter ses 10 ans.

Présenté comme marketing-pour-votre-restaurant/">le smartphone qui va guider les innovations des 10 prochaines années en matière de mobilité, deux innovations qui vont avoir un impact non négligeable sur les restaurants ne nous ont pas échappées.

1# Les chargeurs sans fil intégrés aux tables

L’une des applications mises en avant dans la présentation de la nouvelle technologie de rechargement de batterie sans fil « Qi » est l’intégration de chargeurs directement dans les tables de restaurants. Les clients pourront bientôt simplement poser leurs téléphones sur la table au restaurant pour en lancer le rechargement.

Offrir un service supplémentaire au consommateur

Une petite révolution qui pourrait bien rendre service aux consommateurs toujours à court de batterie mais qui obligerait également les restaurateurs à investir dans ce type de mobilier dont nous ignorons encore les gammes de prix.

Les détracteurs d’Apple diront que cette technologie existe sur les smartphones Androïd depuis longtemps mais comme souvent, ce type d’innovations sont démocratisées une fois présentes dans l’iPhone.

Le paiement par reconnaissance faciale

La firme californienne a également présenté sa nouvelle technologie FaceID de reconnaissance faciale qui permettra dans un de déverrouiller son iPhone simplement en le regardant. Celle-ci sera prochainement également utilisée pour valider des paiements via le système de paiement Appel Pay lancé avec succès dans de nombreux pays.

Une addition en direct sur son smartphone

Les utilisateurs d’iPhone pourraient donc voir s’afficher leur addition au restaurant directement sur leur téléphone et la payer en un simple regard, faisant gagner un temps précieux aux restaurateurs lors de l’encaissement de leurs clients.

La sortie du nouvel iPhone pourrait donc bien profiter aux restaurateurs et à leurs clients. Nous ne manquerons pas de partager ici comment les restaurants s’approprient ces innovations dans les prochains mois.

Source : https://blog.zenchef.fr/nouveaute-iphone-restauration/


Copyright : comment utiliser des images sur les blogs et réseaux sociaux

mercredi 13 septembre 2017 à 16:31

Vous êtes un professionnel du web, gérant de site internet ou entrepreneur ?

Alors, vous avez tous besoin de partager des images, vidéos ou photos, à un moment ou à un autre, n’est-ce pas ?

Que vous communiquiez sur les réseaux sociaux, à travers des plaquettes commerciales ou depuis votre site web, vous devez respecter certaines règles d’utilisation et de partage en matière d’images.

La règle principale est bien sûr, la notion de propriété de l’auteur de l’image en question.

 

 

Source : Freepik @StarLine

Si de nombreux artistes créent des visuels et mettent en ligne leurs clichés, d’autres personnes, en revanche, les utilisent pour agrémenter différents supports. Certains médias peuvent être gratuits et libres de droits quand d’autres nécessitent d’être payés et mentionnés pour vous éviter d’être dans l’illégalité ou le plagiat au regard de la loi.

Mais à l’heure des réseaux sociaux, détournements et autres partages par milliers, qu’en est-il du copyright ? Et quels réflexes adopter pour l’utilisation et le partage d’un cliché trouvé sur la toile ?  C’est ce que nous allons essayer d’éclaircir à travers cet article…

Qu’est-ce qu’un copyright ?

Un copyright signifie qu’une oeuvre originale est protégée par un “droit d’auteur”. Le copyright représenté par un © est là pour mentionner la propriété du visuel et limiter la copie non autorisée de l’oeuvre.

Sur le web, il est souvent difficile de savoir d’où vient le média original et quel réflexe adopter en cas d’utilisation de visuel sur vos supports. Généralement, l’internaute lambda a tendance à croire que les données publiées sur Internet sont sa propriété… Il se trompe, évidemment.

“L’auteur jouit du droit de respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre.” – Code de la propriété intellectuelle

Glaner des images sur Google pour les publier ensuite sur votre blog (et donc vous les approprier) ne vous est pas autorisé pour la simple et bonne raison que ces images ne vous appartiennent pas. Leur propriétaire est celui qui a pris la photo ou créé le visuel et il ne souhaite peut-être pas qu’il soit réutilisé. Alors, comment faire pour bien faire ? Pour ne pas vous triturer le cerveau à chaque cliché trouvé sur la toile, nous vous suggérons quelques bonnes habitudes à prendre pour vous éviter de mauvaises surprises.

Que faire avant d’utiliser une image sur le web ?

Demandez l’autorisation à l’auteur d’utiliser son visuel

Avant d’illustrer vos contenus web et vos médias sociaux avec des visuels trouvés sur le web, demander l’autorisation aux propriétaires d’utiliser l’image est essentiel si ce n’est obligatoire. Le graphiste, photographe ou illustrateur a travaillé et sûrement passé de longues heures à fournir un travail impeccable : rendre à César ce qui est à César est la moindre des choses.

Alors si vous avez la chance de trouver une adresse mail ou le moindre contact lié à l’oeuvre que vous souhaitez utiliser, pensez à lui demander l’autorisation pour utiliser son travail ! Dans la plupart des cas, l’auteur accepte avec plaisir et vous remercie de lui avoir demandé l’autorisation.

Utilisez des images libres de droits

De nombreux sites web proposent des images libres de droits pour illustrer vos contenus et, à ce titre, vous facilitent grandement la tâche. Qu’ils soient payants comme Fotolia, Shutterstock ou Getty images ou gratuits tels que Pexels, Unsplash ou Foter, ces sites publient en ligne des visuels professionnels et de haute qualité. Ces photographies sont utilisables sur l’ensemble de vos supports web ainsi qu’à des fins commerciales pour la plupart.

Photo @Ethan Robertson via Unsplash

 

Vous souhaitez une alternative à ces banques d’images ? Intéressez-vous au domaine public ! Les images issues du domaine public, c’est-à-dire, l’ensemble des oeuvres qui n’entrent pas ou plus dans le cadre de la loi, vous permettent également un accès libre de partage et diffusion. Notez cependant que le droit à l’image (mention du nom de la personne physique sur une photo, par exemple) doit toujours être respecté, même en cas d’oeuvre “tombée dans le domaine public”.

Mentionnez toujours vos sources

Image, infographie, citation… le partage des sources à vos lecteurs est essentiel pour rendre votre contenu transparent et facile d’accès. Même si vous diffusez des visuels issus de banques d’images libres de droits, il est toujours préférable de mentionner les auteurs de l’image originale. En effet, mentionner l’origine de l’image devrait être systématique. Mentionner vos sources a plusieurs objectifs et intérêts pour votre activité comme pour vos abonnés :

Utilisez et respectez les licences creative commons

Pour le partage et la diffusion d’oeuvres, notamment sur le web, différentes licences existent sous le nom de “creative commons”. Ces licences ont été créées dans un but de partage pour tous en minimisant au maximum, les restrictions et interdictions d’utilisation. Plusieurs types de licences existent avec différents de degrés d’autorisation et d’utilisation par l’internaute.

Sources : Wikipedia @Creativecommons


Les conditions d’utilisation sont choisies par l’auteur lui-même avant la mise en ligne de son oeuvre. C’est donc lui qui décide en amont si vous pouvez utiliser sa création
de manière commerciale ou non, effectuer certaines reproductions, modifications. Dans certains rares cas, l’auteur peut se révéler être un bon samaritain et peut jusqu’à abandonner complètement ses droits de création.

Et vous, que faites-vous lorsque vous utilisez sur vos propres supports, des visuels qui ne vous appartiennent pas ? 🙄

Cet article Copyright : comment utiliser des images sur les blogs et réseaux sociaux est apparu en premier sur Social Media Pro.

Source : http://feedproxy.google.com/~r/socialmediaprofr/~3/6o-cw2Eb6mI/


Zenchef partenaire de Chefs Solidaires

mercredi 13 septembre 2017 à 15:50

Zenchef continue de s’engager auprès des restaurateurs. Cette année, la startup spécialiste de la communication et de la réservation pour les restaurants, propose d’équiper gratuitement pendant deux mois tous les établissements qui s’engagent pour Chefs Solidaires, d’un module de réservation en ligne et sans commissions.

Une mobilisation du 2 au 8 octobre contre le sida

Initiée en 2009 par Line Renaud, vice-présidente de Sidaction, l’opération est l’occasion pour tous les professionnels des métiers de bouche de participer à leur manière pour la lutte contre le sida. Chaque restaurateur peut mettre en place l’action de son choix dans son établissement et une partie des bénéfices sera reversée en don.

 Plusieurs clients Zenchef déjà Chefs solidaires

Pour Xavier Zeitoun, PDG et co-fondateur de Zenchef, cette nouvelle action solidaire va permettre aux restaurateurs d’augmenter leur nombre de réservations tout en contribuant à aider une noble cause. D’ailleurs, plusieurs utilisateurs de la platefome Zenchef ont déjà participé à cette action solidaire comme Le Mama Lova à Paris ou Le Romain d’Étretat

Générer plus de réservations pour un plus grand don

Benoît Audou, le gérant de La Ronde des Sens à Sedan et client de Zenchef est engagé depuis 3 ans dans l’opération Chefs Solidaires. Le 6 octobre prochain, il reversera 10% de ses bénéfices à l’association. “Ce n’est pas grand chose, mais cela peut apporter beaucoup. Alors, on invite les gens à réserver via notre module Zenchef sur Internet et à venir au restaurant ce jour-là. On a choisi le vendredi car on a plus de monde et les recettes seront plus intéressantes afin de faire le plus gros don possible à Sidaction.”

Pour participer :

Pour être partenaire de Chefs Solidaires, les restaurateurs peuvent s’inscrire sur : http://chefssolidaires.sidaction.org/je-participe/

Pour bénéficier des deux mois gratuits à Zenchef, les restaurateurs doivent:

Participer à l’action Chefs Solidaires

– S’inscrire sur http://bit.ly/2f1LjgW

Souscrire à un nouvel abonnement Zenchef

Source : https://blog.zenchef.fr/zenchef-chefs-solidaires-gastronomie/


S’ouvrir au vegan quand on est un restaurant omnivore

lundi 11 septembre 2017 à 17:00

Selon CHD Expert, 5% des Français se déclarent végétariens et 2% vegan. Toutefois, 46% des Français souhaiteraient que les restaurants classiques proposent des plats vegans. La finale du Bocuse d’Or en janvier dernier au Sirha a d’ailleurs eu pour thème l’assiette 100% végétale : un évènement qui prouve bien que les restaurateurs ne peuvent plus ignorer cette nouvelle tendance de consommation. Claire Brachet de Double V, entreprise de conseil en vins et Olivier Picard de Terra Culinaria, ateliers de cuisine bio, expliquent comment s’adapter à cette offre !

L’offre vegan et végétarienne : un plus indispensable au restaurant

Des clients de plus en plus vigilants à leur consommation de produits d’origine animale

Les questions sur la composition des plats se multiplient au restaurant, notamment quand il s’agit de vérifier que l’assiette ne contient aucune protéine animale. Les clients font valoir des raisons de santé, d’éthique ou simplement car ils ont envie d’un plat végétarien ou vegan.

Un plat végétarien : un plus pour l’image de marque du restaurant

Claire Brachet, fondatrice de Double V explique qu’il n’est pas indispensable de proposer des plats vegans dans un restaurant mais au moins un ou deux plats végétariens. Cela est important pour la perception du public, car même les clients sans appétence particulière pour les plats végétariens voient de manière positive un restaurant qui s’adapte à tout type de demande, compte tenu désormais de l’évidence des problèmes environnementaux.

Une offre avantageuse pour le restaurant grâce aux produits rentables et conservables

Une marge optimisée pour le restaurant car les produits vegans sont peu coûteux

Les plats vegans et végétariens requièrent des produits basiques, peu coûteux : les légumes et les céréales sont en effet à un prix moindre par rapport à une belle pièce de viande. Cela implique « une marge réellement intéressante pour un restaurant » comme l’explique Claire Brachet.

Une durée de conservation plus longue

Par ailleurs, les produits durent plus longtemps et ne nécessitent pas de contraintes particulières concernant le stockage. Cela permet de négocier plus facilement les prix avec les fournisseurs car l’on peut acheter en plus grande quantité que des viandes par exemple et en une seule fois.

Une exigence en contrepartie pour la qualité du travail du légume

Il faut redoubler d’attention et de soin concernant ces plats et ne pas en bâcler la présentation, ni penser les légumes comme un accompagnement. L’idée est de les travailler en les sortant de leur aspect accessoire pour Claire Brachet. Selon Olivier Picard, qui a travaillé sous la houlette d’Alain Passard à L’Arpège, rôtisserie transformée en restaurant légumier, il est essentiel de miser sur l’originalité du plat en cuisinant le légume comme l’élément principal.

A post shared by Alain Passard (@alain_passard) on

<script async defer src="//platform.instagram.com/en_US/embeds.js">

Une communication de l’offre vegan et végétarienne stratégique

La communication discrète de l’offre vegan pour attirer de nouveaux clients à priori réticents

Claire Brachet explique que la communication à propos du vegan peut parfois effrayer les gens qui y sont étrangers. Selon elle, il faut éviter de trop catégoriser et labelliser cela sur une carte, car souvent, beaucoup de clients vont s’en détourner en se sentant par définition exclu de cette option, car ils n’ont pas un régime particulier et exigeant. Certains restaurants choisissent ainsi de mettre une mention discrète ou tout simplement un symbole. Claire Brachet explique même que l’on peut omettre totalement le mot « végétarien » ou « vegan » et lister simplement les ingrédients.

La communication engagée à propos des bienfaits du vegan pour une clientèle informée et déterminée

A l’inverse, selon Olivier Picard, il faut bien communiquer sur les plats vegans et sur les bienfaits que les produits apportent nutritionnellement, les avantages environnementaux, etc. Selon lui, le restaurateur a également un rôle d’éducateur nutritionnel et il est important de changer les mentalités afin que les clients poursuivent cette pratique à la maison ou du moins, pour qu’il y ait un certain impact psychologique.

De nouvelles propositions vegans en vogue dans les restaurants

Le vin vegan

Claire Brachet est une oenologue souhaitant proposer des accords mets-vins vegans. Les vins vegans répondent effectivement à la problématique de la présence de produits d’origine animale utilisés pour la mise en bouteille. Ces vins naturels, 100% raisin, peuvent séduire une partie de la clientèle, et venir compléter l’offre des plats légumiers.

Le barbecue vegan

Le Championnat de France de barbecue comporte désormais une catégorie légume, preuve que le vegan tend à devenir une offre “normale” dans tous les types de restauration, même les plus carnassières. Il est en effet possible de proposer un barbecue de légumes afin de diversifier son offre.

Le vegan ou la preuve du changement des mentalités dans les cuisines de restaurant

Un réel impact sur les restaurateurs

Certains restaurateurs se convertissent au départ au vegan par mimétisme et de manière à répondre à la tendance. Une fois le processus enclenché et surtout son efficacité prouvée auprès d’une clientèle niche ou flexitarienne demandeuse de ce genre d’offre, ceux qui ont suivi la tendance deviennent très engagés. Pour Claire Brachet, ils souhaitent même aller plus loin dans leur mission de sensibilisation auprès des consommateurs. “C’est la pédagogie par le plaisir” comme l’explique l’oenologue.

La redécouverte du légume

Olivier Picard conseille aux restaurateurs d’adopter une nouvelle approche dans le traitement du légume lorsqu’il donne des cours de cuisine pour transmettre son savoir-faire en matière de transformation végétale. Selon lui “le vegan c’est l’avenir, car à terme, on ne pourra plus consommer autant de produits d’origine animale”. Claire Brachet explique qu’il est important de prouver que les consommateurs peuvent être rassasiés sans viande ni poisson.

Source : https://blog.zenchef.fr/souvrir-au-vegan-quand-on-est-un-restaurant-omnivore/


Des solutions pour le recrutement et la gestion du personnel en restauration

lundi 11 septembre 2017 à 16:51

Limiter le turnover est un des principaux challenges dans la majorité des restaurants. Pour éviter le burnout des patrons mais aussi rendre plus souple la recherche d’extras, commis ou serveurs, des startups ont lancé des applications facilitant le recrutement et la gestion du personnel.

Demandez à un restaurateur ce qui l’empêche de dormir la nuit, il vous répondra certainement qu’il n’arrive pas à embaucher et fidéliser du personnel de qualité. Le recrutement est effectivement l’une des plus grandes problématiques de la restauration et les petites annonces passées dans les médias professionnels ne donnent pas les résultats attendus pour des prix souvent élevés.

Trouver facilement un extra via son mobile

Plusieurs startups qui veulent “ubériser le travail” pour utiliser ce terme à la mode, se sont attaquées au marché de la restauration et promettent de trouver du personnel de qualité rapidement et à bas coût depuis son smartphone. Plus ou moins spécialisées dans le recrutement d’extras et dans la gestion ou non les contrats de travail, celles-ci sont déterminées à résoudre le problème de recrutement qui touche toute la profession.

Faciliter l’organisation du service

Une autre catégorie de logiciels a récemment fait son apparition pour aider les restaurateurs à résoudre le casse-tête des plannings du personnel. Leur objectif : remplacer les fameux plannings imprimés et scotchés dans l’arrière-salle du restaurant et les nombreux SMS échangés pour organiser un service.

Les acteurs français : Brigad, Extracadabra, Badakan, Gofer, Skello, Snapshift

> Découvrez tous les logiciels spécialisés dans les solutions de caisse enregistreuse pour les restaurants

Source : https://blog.zenchef.fr/solution-recrutement-restauration/