fans trafic - Trouver des clients pour votre restaurant

Fans Trafic regroupe l'information sur les méthodes marketing via les reseaux sociaux

Zenchef partenaire officiel de la Bourse Badoit

lundi 22 mai 2017 à 15:43

Pour la première fois, Zenchef devient le partenaire officiel de la 30e édition de la Bourse Badoit. Cette nouvelle collaboration s’inscrit dans l’ADN de la start-up qui aide au quotidien les restaurateurs indépendants à gagner et fidéliser de nouveaux clients en prenant en main leur communication digitale.


Depuis près de 7 ans, Zenchef accompagne les créateurs de restaurants et les restaurateurs déjà installés dans l’adoption de nouveaux outils numériques marketing pour le développement de leur établissement. Pour la 30e édition de la Bourse Badoit, la start-up  membre actif de la French Tech, met donc son expertise de la communication digitale au service des participants à la Bourse Badoit.

Des conseils, un accompagnement et des offres spéciales pour tous les participants à la Bourse Badoit

Zenchef dotera le gagnant d’un an de gratuité à l’offre la plus complète de son service pour mieux gérer le site internet de son restaurant, ses réservations en ligne, son fichier clients, son plan de salle, l’e-réputation de son restaurant et la fidélisation de ses clients.  Les 3 finalistes bénéficieront aussi de cette offre gratuite pendant six mois, tandis que tous les participants pourront également obtenir une réduction de -50% sur les offres Zenchef.

Steven Ramon, gagnant de la Bourse Badoit et ambassadeur de Zenchef

Un des ambassadeurs de Zenchef est d’ailleurs Steven Ramon, gagnant de la Bourse Badoit en 2014 et utilisateur des services de la plateforme depuis 2015. Dans une récente interview, il déclare : “ Une interface pratique, simple et efficace, qui me permet de gérer mes réservations, ma salle, mes avis, et les relations avec mes clients. Aujourd’hui, plus de 50% de mes réservations passent par Zenchef, ce qui m’a permis de recueillir un fichier clients de plus de 8000 contacts en 2 ans !”

“Nous partageons avec la Bourse Badoit la volonté d’être un partenaire stratégique pour le développement des restaurants des chefs participants”, souligne Xavier Zeitoun, PDG et co-fondateur de Zenchef. “Notre mission est de simplifier la vie des restaurateurs en leur faisant gagner du temps pour qu’ils puissent se consacrer à des tâches opérationnelles à plus forte valeur ajoutée. Nous nous plaçons de leur côté puisque nous ne prenons aucune commission sur les couverts réservés mais nous proposons un abonnement mensuel ou annuel selon leur besoin.”

Zenchef équipe le restaurant pop-up de la Bourse Badoit

Zenchef équipe d’ailleurs de sa solution de réservation en ligne le restaurant éphémère de la Bourse Badoit qui se tiendra du 16 au 18 juin, au 13/15 rue du Pont aux Choux, dans le 3e arrondissement à Paris. Là, Matthieu Gauthier, Paul Laplace, Elodie Pichard et Alexis Braconnier, les 4 finalistes annoncés lors de Taste of Paris, dévoileront leur projet de restaurant et la spécificité de leur cuisine. Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes sur  bourse-badoit.fr.

« Avec Badoit, l’eau minérale naturellement pétillante de toutes les tables et de tous les repas, nous sommes fiers de soutenir les jeunes talents d’une gastronomie qui se réinvente sans cesse. Avec la Bourse Badoit, nous avons à coeur d’accompagner d’accompagner le lauréat dans le développement de son projet et cette année nous sommes heureux de nous associer à Zenchef, la start-up spécialisée dans la réservation en ligne”, souligne les organisateurs. “La communication est un des enjeux majeurs pour tout restaurant qui se crée et veut perdurer. Le service proposé par Zenchef s’inscrit en totale complémentarité avec l’activité des autres partenaires de la Bourse Badoit pour garantir le succès des participants dans leur future aventure d’entrepreneurs de la restauration. »

Source : https://blog.zenchef.fr/zenchef-partenaire-officiel-de-la-bourse-badoit/


Comment bien gérer les relations presse et blogueurs de son restaurant

vendredi 19 mai 2017 à 15:20

Laurence Desmousseaux, de Fort et Clair Communication, représente de nombreux restaurateurs comme le chef Juan Arbelaez, client de Zenchef. Elle explique les intérêts de travailler avec des agences de presse pour travailler l’image et la notoriété de son restaurant.

Un restaurateur doit-il penser RP ou e-RP ?

« Les deux bien sûr ! Et même au-delà car tout est lié. La répétition de l’information sur des supports différents joue un grand rôle dans le choix du futur client.  J’entends de moins en moins de restaurateurs me dire comme il y a encore cinq ou six ans qu’une mention dans un blog ça ne vaut pas un article de presse sans parler d’un passage à la télévision.  C’est une belle évolution ! »

L’objectif des relations presse sur le web : permettre une meilleure visibilité

« Les e-RP vont permettre d’augmenter le référencement naturel. Cela dit la communication doit rester globale et il ne faut négliger aucun support. Il est en revanche dangereux de séparer ses prestataires entre RP traditionnelles et e-RP car le manque de cohérence va vite se faire sentir. De même il ne faut pas croire qu’on peut animer les réseaux sociaux tout seul. C’est hélas chronophage et demande du métier. »

À quels moments est-il opportun d’engager un attaché de presse pour son restaurant ?

« Il n’est jamais trop tard pour engager un attaché de presse mais surtout qu’il n’est surtout jamais trop tôt.  Le spécialiste de la communication va vous confronter au réel très rapidement et souvent même avant l’ouverture.  Il m’est déjà arrivé d’éviter au restaurateur des erreurs redoutables comme le choix d’un mauvais nom de restaurant qui allait se retrouver en vingtième page sur les recherches de Google. »

« Nous apportons une vision très business au restaurateur et l’aidons à affiner son positionnement. »

« Nous pouvons aussi le mettre en relation avec des professionnels dont nous connaissons et apprécions le travail : conseil de recherche de chef ou repositionnement de la carte, création de sites internet ou de logo, prestataire de réservation en ligne comme Zenchef, salons professionnels… Nous poussons aussi aux nouveautés car, en effet, l’arrivée d’un nouveau chef et le lancement de carte sont de très bonnes opportunités de communication. Il faut mettre en place de belles histoires pour pouvoir séduire les journalistes/blogueurs qui s’en feront le relais auprès de leurs lecteurs. »

reputation\"]"}" data-sheets-userformat="{"2":13309,"3":{"1":0},"5":{"1":[{"1":2,"2":0,"5":{"1":2,"2":0}},{"1":0,"2":0,"3":3},{"1":1,"2":0,"4":1}]},"6":{"1":[{"1":2,"2":0,"5":{"1":2,"2":0}},{"1":0,"2":0,"3":3},{"1":1,"2":0,"4":1}]},"7":{"1":[{"1":2,"2":0,"5":{"1":2,"2":0}},{"1":0,"2":0,"3":3},{"1":1,"2":0,"4":1}]},"8":{"1":[{"1":2,"2":0,"5":{"1":2,"2":0}},{"1":0,"2":0,"3":3},{"1":1,"2":0,"4":1}]},"9":1,"10":1,"11":4,"12":0,"15":"Arial","16":14}">

Quelles sont les actions les plus ROIstes pour faire parler de son restaurant auprès de la presse et des blogueurs ?

« Avant tout, il faut inviter, à bon escient, les journalistes et les blogueurs à venir découvrir la cuisine du chef ; ceux qui vont réellement écrire sur le restaurant, les relancer, leur trouver des angles… »

« Le blogueur a un peu moins besoin de nouveauté qu’un journaliste car il raconte une expérience personnelle et il ne rend compte qu’à lui-même. Ce qui ne l’empêche pas de faire attention à son audience. »

« Le journaliste, lui, doit « vendre » son sujet à son rédacteur en chef et peut très rarement passer un papier quasi identique à celui d’il y a deux ans. Cela dit on ne peut pas rouvrir son restaurant, changer son chef ou sa carte tous les jours ! Un bon attaché de presse saura proposer des actions de communication à son client autour d’évènements et de nouveautés sans pour autant entraîner des dépenses somptuaires. »

« Il saura créer des passerelles entre différents univers comme lorsque nous avons instauré la rencontre entre l’écrivain Ryoko Sekiguchi et le chef de l’Inconnu Koji Higaki pour un menu autour de la notion toute japonaise de fade, l’organisation de menus à 4 mains avec les chefs Juan Arbelaez et Pablo Naranjo autour de la Colombie, ou le travail de recettes exclusives autour du jambon de Parme par le chef Mauricio Zillo de A Mère »

« Le bouche-à-oreille ne suffit pas à une époque où tous vos concurrents communiquent »

Quelles sont les retombées que peut en attendre un restaurateur ?

« La fidélisation et l’élargissement de sa clientèle car le bouche-à-oreille ne suffit pas à une époque où tous vos concurrents communiquent. Les jeunes restaurateurs qui s’installent se préoccupent immédiatement de la « question communication », preuve qu’elle est associée intuitivement à la problématique du développement. »

« La communication est une affaire d’image »

« Aujourd’hui, on s’interroge surtout sur ce qui arrive à celui qui ne communique pas ! Il y a également une prise de conscience que la communication est, avant tout, une affaire d’image et ne multiplie pas votre chiffre d’affaires par deux dans les trois premières semaines. Le développement d’une réputation est une entreprise de moyen terme mais il est cependant facile de constater rapidement les effets des efforts de communication : les clients vous en parlent. »

Un restaurateur doit-il passer par une agence ou un indépendant ?

« L’époque où « LA » grande agence pouvait seule contacter « LE » grand critique gastronomique est heureusement révolue. Internet est venu tout faire exploser au grand bénéfice du client car la concurrence joue à plein. Cela dit, il y a des bonnes agences et aussi des bons indépendants. L’important c’est la qualité de la relation avec les clients, les échanges et le suivi qui permettent de bâtir et de faire évoluer la stratégie de communication. Bien entendu, pour ma part, je trouve plus intéressant l’option agence à taille humaine comme Fort et Clair et Communication, avec un mélange de générations et plusieurs cerveaux : expérience et spontanéité, suivi et accessibilité… »

« Un attaché de presse qui ne propose pas des liens vers votre page de réservation en ligne vous fait perdre votre temps et votre argent »

Justement, comment alors distinguer un bon professionnel de la communication et un mauvais ?

Ce n’est en effet pas facile même s’il existe quelques indices. Méfiez-vous de ceux qui vont vous proposer en priorité de mettre en avant votre ego par des pseudo interviews exclusives.  En revanche un attaché de presse qui vous pose des questions sur la stratégie de votre entreprise, vos angles marketing, vos forces et vos faiblesses, votre clientèle etc.. aura de bonnes chances d’être sérieux et de vouloir vous accompagner dans votre développement. Privilégiez l’esprit business. Dernière chose, évitez la spécialisation par support. Quelqu’un qui ne sait pas animer les réseaux sociaux est aujourd’hui en voie de déclassement.. »

Source : https://blog.zenchef.fr/comment-bien-gerer-les-relations-presse-et-blogueurs-de-son-restaurant/


Comment créer un tunnel de conversion

jeudi 18 mai 2017 à 07:00

La création d’un tunnel de conversion est surement l’un des concepts les plus important à comprendre en marketing digital !
Cette méthode vous permettra de transformer vos simples visiteurs en prospects, puis clients, et enfin en clients fidèles, et cela de façon complètement automatique !

Vous utilisez déjà un outil qui récupère l’adresse mail de vos visiteurs ?
C’est super ! Mais clairement pas suffisant !

Sachez-le : votre business ne peut pas fonctionner si vous ne mettez pas en place un ou plusieurs tunnels de conversions.

Grâce aux tunnels de conversions, vous allez pouvoir :
Transformer vos visiteurs en prospect,
Puis en clients,
En clients fidèles,
Et enfin en ambassadeurs.

1

Évidemment ce schéma de visiteurs à ambassadeur serait le schéma parfait, toutefois si vous arrivez déjà à transformer vos visiteurs en prospect puis clients, c’est Bingo ! 😉

Un tunnel de conversion est certes long à mettre en place, mais rassurez-vous, une fois crée votre tunnel fonctionnera de manière complètement automatique.

Les tunnels de conversions sont un sujet très large, long et complexe à expliquer, mais pas de panique nous avons fait en sorte que cet article s’adresse aussi bien aux débutants qu’aux plus confirmés d’entre vous.

Afin que vous compreniez bien leur fonctionnement et leur mise en place, je vous propose différents exemples de nos propres tunnels (testés et approuvés) ;), du plus simple au plus complexe.
Grâce à cet article, vous allez désormais avoir toutes les cartes en mains pour réussir vos tunnels de conversions et ainsi convertir enfin vos visiteurs en clients !

Comment créer un tunnel de conversionClick to Tweet

Les étapes indispensables pour la création d’un tunnel de conversion efficace

 

12

1. Planifier le tunnel sur papier

Cette première étape vous aidera à mieux visualiser ce que vous souhaitez faire, et dans quelle direction vous vous dirigez.
Schématiser votre tunnel sur papier pour permettra de le mettre en place plus facilement, c’est une étape indispensable.

2. Définir le point d’entrée (Capture)

Vous devez capturer vos visiteurs et c’est là l’un des éléments clés de votre tunnel.
Un bon tunnel de conversion débute forcément par ce que vous allez mettre en place pour réussir à obtenir l’email de vos visiteurs.

Vous ne devez pas laisser votre visiteur quitter votre site sans que celui-ci ne vous ait en échange laissé son email, numéro de téléphone ou contacté sur Messenger (dans l’idéal, préférez l’adresse email en priorité qui vous « appartiendra » ensuite alors qu’un contact messenger est soumis aux décisions de Facebook).

Pour cela il existe plusieurs techniques :
– La landing page : c’est une page unique sur laquelle vous pourrez obtenir l’adresse mail du visiteur en échange de contenu gratuit ou d’une réduction. Par exemple en utilisant Instapage.
Découvrez sur l’Académie du Digital « Comment créer une landing page ».
– Le pop-up : est un encadré qui s’ouvre sur votre site et qui propose à votre visiteur de vous laisser son adresse mail. Par exemple en utilisant l’outil Markeet.io

Si vous proposez à vos visiteurs de s’inscrire uniquement à votre newsletter, cela ne suffira pas pour obtenir un taux de conversion satisfaisant.
Vous devez proposer absolument du contenu gratuit et intéressant !

3. Définir l’offre gratuite

Pour que vos visiteurs aient envie de vous laisser leur adresse email, il faut qu’en retour vous ayez quelque chose à leur proposer, quelque chose de gratuit par exemple, mais pas seulement, il faut que le contenu que vous avez à leur présenter soit intéressant.

Rappelez-vous bien qu’aujourd’hui en 2017, nous sommes envahis d’emails, de spams, et pour faire la différence, vous démarquer et donner envie à vos visiteurs de vous laisser leur adresse email (valide et pas poubelle), vous devez proposer un contenu attractif et intéressant !
Il faut que ce que vous proposiez apporte de la valeur à votre prospect, pour tout simplement lui donner envie de vous laisser son adresse email.

Voici quelques idées d’offres gratuites :

Guide (ou guide de démarrage)
Livre blanc
Audio
Vidéo (ou série de vidéos)
Séquence d’emails
Ebook
CheckListe
Web-conférence
Accès à un évènement live.
Liste d’outils/ressources
Groupe Facebook privé (ou communauté privée)
Livraison gratuite
Réduction
Programme de fidélité
Test gratuit durée limitée
Freemium
Demo live
Bonus
Session de coaching (via Skype/tel)
Infographie
Quizz/test
Templates/designs gratuits
Études de cas clients

Vous souhaitez aller plus loin ?

Sur l’Académie du Digital, nous proposons de nombreuses formations pour vous aider à mieux convertir vos visiteurs en prospects et clients !  

Cliquez ici pour profiter de l’offre d'essai et rejoignez l’Académie pour 1€ !

4. Définir l’offre payante principale + l’offre du produit d’appel

Définissez vos différentes offres.
Quels produits souhaitez-vous vendre ? Quelles offres allez-vous faire ? Votre produit d’appel doit dépendre de votre produit principal.

Pourquoi proposer un produit d’appel ?

Le premier but tout simplement c’est d’essayer de convertir tout de suite votre nouveau prospect en client.
Le second est que vous devez indiquer aux gens que vous vendez quelque chose, cela est primordial.
Si vous ne proposez que du contenu gratuit à votre nouveau prospect sur les 2 ou 3 premières semaines et que d’un seul coup vous lui envoyez un email lui proposant d’acheter l’un de vos produits, il ne sera pas préparé à payer pour votre produit.

L’idée est de mettre en condition le supposé acheteur en lui proposant le plus rapidement possible vos produits.
À savoir que même s’il n’achète pas le produit d’appel, il ne sera pas étonné lorsqu’il recevra de nouvelles offres.
Le produit d’appel prépare également votre prospect à l’offre principale, qui peut être plus cher.
Le produit d’appel doit être en rapport avec l’offre gratuite et le produit principal.
Il faut créer une continuité logique dans le schéma de votre tunnel de vente.

Pensez également à limiter votre offre spéciale dans le temps, ajouter par exemple un compte à rebours dans vos emails ou landing pages.

Les questions que vous pouvez vous poser :
Qu’est-ce que votre client idéal veut absolument, mais dont il n’a pas forcément besoin ?
De quoi votre client idéal a t-il besoin, mais qu’il ne veut pas forcement ?
Quel service peu couteux (et rapide) pourriez-vous rendre à votre client idéal ?

Après avoir réfléchi et décidé du contenu de votre offre immédiate, faites une session de Brainstorming pour trouver 3 idées de titres (d’accroche) pour votre produit d’appel !

5. Préparer le copywriting et les visuels du point d’entrée

ET

6. Préparer le copywriting et les visuels des offres payantes et gratuites

Ces étapes sont très importantes et peuvent prendre beaucoup de temps. Mais ne les négligez pas !
Le copywriting, est comme son nom l’indique l’écriture de vos pages de ventes et landing pages et pour qu’elles soient réussies, un bon copywriting est essentiel.
Néanmoins, la rédaction de vos pages n’est pas chose aisée et pour être expert en copywriting il faut de la pratique !

La façon dont vous allez rédiger le titre de vos offres, leurs contenus est un point très important ! C’est un élément déclencheur qui donnera envie aux visiteurs de vous laisser leurs contacts, ou d’acheter vos produits.
Il doit donc être fait avec soin afin de stimuler et capter le mieux possible vos prospects.

Pour créer un bon copywriting vous devez également savoir à qui vous vous adressez bien sûr, mais aussi réfléchir aux besoins de votre client idéal et essayez de toucher sa corde sensible.

Découvrez ici comment créer votre avatar client étape indispensable pour communiquer avec vos prospects afin d’adapter vos contenus.

Différentes techniques existent pour créer un copywriting efficace.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, nous proposons une formation dédiée à « Comment créer une page de vente efficace » sur l’Académie Du Digital.

7. Préparer votre/vos séquence(s) autorépondeur

Ensuite vient le copywriting de vos séquences autorépondeur.

8. Mettre en place

Une fois que vous avez procédé à toutes les étapes mentionnées ci-dessus, vous pouvez mettre en place votre tunnel de conversion à l’aide de différents logiciels, selon vos besoins et vos moyens actuels le choix est vraiment très large.

Si vous utilisez déjà des outils comme Instapage et Markeet alors un « simple » logiciel d’email marketing pourra vous suffire tel que :
– MailJet
– Sendinblue
– Mailchimp

Ou vous pourriez partir sur un CRM plus complet tel :
– ActiveCampaign
– Salesforce
– Hubspot
– Infusionsoft
– Ontraport

– Ou pourriez partir sur un outil tout en un tel Clickfunnels qui gère la création de pages et l’envoie des emails. -> https://clickfunnels.com/?cf_affiliate_id=672700&affiliate_id=672700

9. Tester votre tunnel

Surtout avant d’envoyer votre tunnel de conversion, testez-le ! Cela vous permettra de corriger d’éventuels bugs (problème avec l’envoi des emails, l’offre payante ne s’affiche pas).
Vous éviterez ainsi de perdre de l’argent, car un tunnel qui ne fonctionne pas vous en fera forcément perdre !

10. Envoyer du trafic sur votre tunnel

Cela peut être fait par le biais de publicités, de publications sur les réseaux sociaux, un webinaire, une landing page, un guide. Ou encore l’envoi d’une newsletter à vos abonnés actuels pour les informer que vous leur proposez une nouvelle offre.
Pour en savoir plus n’hésitez pas à lire ces deux articles :
11 techniques pour augmenter « gratuitement » le trafic de son site / blog

11 techniques pour augmenter « gratuitement » le trafic de son site / blog


13 techniques (payantes) pour augmenter le trafic de votre site / blog !

13 techniques (payantes) pour augmenter le trafic de votre site / blog !

11. Analyser les résultats

Étape finale et très importante, c’est bien sûr l’analyse ! Cela vous permettra de savoir si le tunnel que vous avez mis en place fonctionne bien ou non.
Pour cela plusieurs possibilités :
– Si votre CRM ou autres outils en ligne vous propose des statistiques vous pouvez les etudier de cette manière.
– Si ce n’est pas le cas, vous pouvez bien sur utiliser Google Analytics avec leur fonction de tunnel. Si vous en savez pas comment faire nous proposons une formation entière dédiée à Google Analytics sur l’Académie du Digital – http://academiedudigital.fr/
– Autre possibilité, utiliser des outils payants tel Truconversion ou Hotjar.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Sur l’Académie du Digital, nous proposons de nombreuses formations pour vous aider à mieux convertir vos visiteurs en prospects et clients !  

Cliquez ici pour profiter de l’offre d'essai et rejoignez l’Académie pour 1€ !

Exemple n°: Un tunnel de conversion basique

3

#1 Étape : Création d’une Landing Page

Sur cette landing page nous proposons un guide sur les ciblages Facebook.

#2 Étape : Produit d’appel

Si le visiteur a laissé son email, nous lui proposons un produit d’appel, il s’agit d’une offre spéciale limitée dans le temps, en l’occurrence ici l’offre durait 4 jours.
En parallèle, nous l’ajoutons sur une séquence autorépondeur.

#3 Étape : Séquence autorépondeur

Le visiteur qui est devenu prospect, reçoit un email de remerciement avec un lien pour télécharger son guide, par le biais de cet email nous lui reparlons de l’offre s’il n’est pas encore passé à l’action.
Cette séquence comporte plusieurs emails qui s’enverront automatiquement, nous envoyons notamment 2 emails afin de le relancer pour notre offre, si par ailleurs il y a déjà souscrit, alors ces 2 emails de rappels ne s’enverront pas.

Il recevra également notre message de bienvenue dans lequel nous nous présentons, nous expliquons qui nous sommes, et ce que nous faisons.
Ainsi que du contenu gratuit. Ici en l’occurrence il est intéressé par Facebook, nous lui enverrons donc des tutoriels ou des articles ayant pour thème Facebook.

#4 Étape : Achat du produit d’appel -> Puis du produit principal

Une fois que notre visiteur est devenu prospect puis client en achetant notre produit d’appel, nous lui proposons notre produit principal : l’Académie du digital qui est notre plateforme de formations en ligne sur le marketing digital.
Là encore nous proposons notre produit principal avec une offre en l’occurrence 1€ pour 7 jours afin qu’il puisse la découvrir, si la personne ne souscrit pas tout de suite à notre offre nous la plaçons sur une nouvelle séquence d’autorépondeur, qui lui enverra des emails afin de lui proposer de nouveau cette offre.
⎝ Notez que si vous êtes débutant, vous pouvez tout à fait commencer par un tunnel plus simple tel que celui-ci :
-> Une landing page -> une séquence autorépondeur -> et une seule offre.
Cela peut tout à fait suffire.

Exemple n°2 : Un tunnel de conversion avec un webinaire

4

 

Dans ce cas de figure nous avons créé une landing page pour que nos prospects puissent s’inscrire à un webinaire gratuit.
Une fois inscrit le prospect se retrouve sur une page de confirmation qui lui informe qu’il est bien inscrit, mais qui lui propose aussi une offre spéciale avec un produit d’appel.

Le produit d’appel en question concerne le webinaire qu’il va suivre, comme nous l’avons vu plus haut il doit avoir un rapport avec le contenu de la landing page.
Si la personne est intéressée par un webinaire sur « Comment réussir son marketing vidéo sur le web », on peut supposer qu’elle s’intéressera à la « Création d’un webinaire de vente », nous lui proposons donc notre formation sur le sujet.

Si le prospect n’est pas inscrit à notre newsletter nous le plaçons sur une autre séquence d’autorépondeur qui lui enverra un email lui présentant notre activité ainsi que l’équipe.

Une fois le webinaire suivi, nous proposons notre produit principal en offre spéciale, qui est dans notre cas notre formation Premium « Vidéo Marketing », nos prospects ont ensuite 2 jours pour en profiter.
Nous avons mis en place là encore une séquence qui leur rappellera à plusieurs reprises cette offre et le temps qui leur reste pour en profiter.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Sur l’Académie du Digital, nous proposons de nombreuses formations pour vous aider à mieux convertir vos visiteurs en prospects et clients !  

Cliquez ici pour profiter de l’offre d'essai et rejoignez l’Académie pour 1€ !

Des questions ? Des commentaires ? N’hésitez pas !

Cet article Comment créer un tunnel de conversion est apparu en premier sur Social Media Pro.

Source : http://feedproxy.google.com/~r/socialmediaprofr/~3/PRs7nJfeAqA/


Un chef peut-il être aussi stylé que rigoureux dans son restaurant ?

mercredi 17 mai 2017 à 17:29

Quel est le point commun entre Guillaume Sanchez, ancien candidat de Top Chef ou Ludo Lefebvre, le Français qui a conquis la scène culinaire de Los Angeles : leurs tatouages sur les bras et leur amour de la cuisine. Avec la barbe de hipster et des vestes de couleur ultra design, les chefs et restaurateurs peuvent-ils avoir un style décalé tout en prônant la rigueur ? Le Blog de Zenchef donne son avis sur la question

 

Source : https://blog.zenchef.fr/un-chef-peut-il-etre-aussi-style-que-rigoureux-dans-son-restaurant/


La recette des frites parfaites pour son restaurant

mercredi 17 mai 2017 à 11:57

De très nombreux restaurants proposent des frites en accompagnement de leurs plats. Et les clients sont très demandeurs de frites fraîches, faites maison, mais également de fritures en tous genres : beignets, churros…  Finarome vous offre aujourd’hui toutes ses astuces pour réussir des frites parfaites, qui raviront vos clients même les plus exigeants.

La température idéale

Idéalement, les fritures se font à 170-180 °C. C’est la température idéale de l’huile pour des frites classiques, des beignets, etc. Mais il existe des cas particuliers, comme pour les frites belges par exemple. À une température plus basse, les aliments risquent de s’imbiber d’huile et d’être moins croustillants. Pour conserver votre huile plus longtemps, il est important de savoir qu’en la chauffant à des températures plus élevées que celles citées précédemment, elle se détériorera plus rapidement.

Le rapport aliments/huile

Généralement, le rapport conseillé par les fabricants de friteuses professionnelles est de 1:3. C’est-à-dire un volume d’aliment pour 3 volumes d’huile. Mais attention à ne pas remplir le panier à plus de sa moitié. Les aliments doivent pouvoir surnager facilement.

Découvrez le guide de Finarome pour parfaitement choisir votre friteuse professionnelle : quelle puissance choisir, quelle contenance…

Quand changer l’huile de la friteuse ?

Il y a plusieurs indicateurs qui peuvent vous aider à savoir à quel moment il est bénéfique de changer votre huile de friture. Si l’huile est foncée, si elle est très visqueuse, si elle mousse beaucoup ou bien encore si elle dégage de la fumée même à une température normale, alors il est temps de la remplacer. En restauration, si la friteuse professionnelle est utilisée tous les jours, il est recommandé de prévoir de changer l’huile au moins toutes les deux semaines. Vous pouvez également opter pour un testeur d’huile, qui vous indiquera sa qualité.

Le secret des frites belges

Les frites belges sont réputées pour être excellentes. Mais quel est le secret de cette recette ? Pour commencer, il faut utiliser des pommes de terre à chair farineuse comme la bintje. Il faut utiliser de la graisse de bœuf non raffinée comme le blanc de bœuf, et effectuer deux cuissons différentes.

Pour être plus rapide, Finarome vous conseille d’opter pour une friteuse professionnelle double avec des cuves indépendantes. Vous pourrez ainsi régler la première cuve sur 130-140 °C, et la deuxième à 165-170 °C.

Source : https://blog.zenchef.fr/la-recette-des-frites-parfaites-pour-son-restaurant/