fans trafic - Trouver des clients pour votre restaurant

Fans Trafic regroupe l'information sur les méthodes marketing via les reseaux sociaux

Fête de la Gastronomie : les restaurateurs appelés à être dans une offre de partage plus que de prix

jeudi 21 septembre 2017 à 16:57

Dès demain et durant tout le week-end, la Fête de la Gastronomie va battre son plein en France. Sophie Le Bouleise, commissaire générale de l’événement, donne ses conseils aux restaurateurs pour réussir cette opération.

Quel est l’objectif de la Fête de la Gastronomie ?

« Au niveau national, il s’agit de mettre en avant la gastronomie française comme un patrimoine culturel, de montrer qu’elle dispose d’un énorme potentiel économique et qu’elle est outil de rayonnement puissant pour la France. C’est un événement important pour la notoriété et la visibilité de notre pays dans un contexte devenu très concurrentiel. »

Quel est l’intérêt pour un restaurant de participer à cet événement ?

« À l’heure actuelle, la situation est compliquée pour les restaurants. Ils ont eu à souffrir des attentas, de la crise avec une baisse du pouvoir d’achat et d’une zone de livraison à domicile qui s’agrandit. Sans parler de la compétition internationale et des touristes qui vont voir la gastronomie au Danemark ou au Pérou. Il faut que les restaurateurs français montrent la qualité de leur cuisine et de leur accueil et que l’établissement reste un lieu incontournable associé à un moment de détente et de plaisir. C’est important de garder cette identité. La Fête de la Gastronomie permet de ré-enchanter le moment où les clients vont venir au restaurant, en créant une rencontre unique avec le restaurateur, le chef et les équipes. »

Quels conseils donneriez-vous aux restaurateurs pour promouvoir leur établissement ce week-end ?

« La première chose est d’inscrire leur événement sur le site de la Fête de la Gastronomie avec le maximum de détails. Je leur conseille ensuite de ne pas être dans une offre de prix mais une offre de partage, de rencontre, d’enseigner un geste, d’apprendre à leurs clients à reconnaître un vin, à découper une volaille, un poisson, d’inviter un vigneron ou leur fromager afin que le public acquiert ou ré-aquiert ce regard de compétence et de reconnaissance porté sur le travail du restaurateur et dans celui le chef. C’est aussi pour cela que j’ai proposé la thématique « Au coeur du produit » afin qu’en sortant d’un restaurant, le client se dise qu’il a appris quelque chose car le restaurateur aura mis en avant une compétence ou un talent et pas juste une assiette. C’est aussi comme cela qu’ils redonner envie d’exercer ce métier exigeant et qui nécessite une fidélisation. »

La Fête de la Gastronomie peut-elle aider à inciter certains à se lancer et à rester dans le métier de restaurateur ?

« On voit bien que dans la restauration, il existe un grand turnover notamment parmi les serveurs. Il faut qu’ils comprennent qu’ils ont un rôle dans l’accueil qui n’est pas dévalorisant mais au contraire respecté car ils sont souvent la première image que le client a du restaurant. C’est pour cela qu’il faut mener des actions de partage et de pédagogie. »

Source : https://blog.zenchef.fr/fete-gastronomie-restaurateur/


2 techniques pour prendre des réservations en direct et sans commissions sur Google

jeudi 21 septembre 2017 à 14:09

Vous l’avez sûrement constaté, votre fiche Google affiche désormais des liens de réservation que vous n’avez pas forcément choisi de faire apparaître. Cela s’explique par des partenariats établis entre Google et ces sites de réservation. Or cette pratique peut léser les restaurateurs car les internautes sont amenés à réserver sur des sites qui prélèvent des commissions (au lieu de réserver sur le site du restaurant). Pour contourner cette contrainte, voici deux moyens de mettre en valeur directement le module de réservation de votre site internet. 

#1 Intégrer le lien de son site à sa page Google My Business

La première étape à accomplir si ce n’est pas déjà fait consiste à ajouter sur votre fiche Google le lien vers votre site.

Pour ce faire, rendez-vous sur votre tableau de bord Google My Business, section Établissements (en bas de page), et cliquez sur cette icône  ou sur Gérez l’établissement 

Sur la page suivante, dans le tout premier encart en haut, cliquez sur Modifier.

Dans la partie Site Web et URL, renseignez le lien de votre site mais aussi le lien qui dirige vers la page de votre site contenant le menu. Pour valider, cliquez sur Appliquer.

Résultat :

Tutoriel complet :

#2 Créer un « post » sur sa page pour inviter les internautes à réserver directement sur le site du restaurant

Sur la page d’accueil de votre tableau de bord, à laquelle vous accédez après avoir cliqué sur Gérez l’établissement (cf ci-dessus), rendez-vous dans la partie Posts.

Cliquez sur Créer un post, insérez une photo et un message, convertissez le post en événement et attribuez-lui une durée d’un an (exemple : du 20 septembre 2017 au 19 septembre 2018) afin que celui demeure sur votre page Google. Activez ensuite la fonction Ajouter un bouton puis sous le bouton Réservez, ajoutez le lien vers lequel vous aimeriez rediriger les internautes.

Vous pouvez visualiser l’aperçu en cliquant sur Aperçu en haut à droite de la fenêtre. Il ne vous reste plus qu’à publier si l’aperçu vous convient.

Tutoriel complet :

 

Résultat :

Source : https://blog.zenchef.fr/gerer-page-google/


14 Titres de génie : La méthode BuzzFeed pour booster son trafic immédiatement

mercredi 20 septembre 2017 à 18:26

Quel est le moyen le plus rapide d’augmenter son trafic ?

Sans promouvoir son blog ?

 

Ecrire des titres de génie.

“euh super, bravo le conseil en mousse, genre je vais changer mon titre et HOP mon trafic va exploser”

En moyenne, 80% des gens ne cliquent pas sur le titre.

titres-article

 

Donc vous avez passé 10 heures à écrire votre meilleur article pour… rien.

Vous avez pas envie que ça vous arrive. Alors lisez la suite.

 

Je vous le dis tout de suite.

Cet article a été un vrai calvaire à écrire, j’ai fait une pause à chaque titre j’ai cliqué partout c’était horrible. Ces titres sont surpuissants.

 

Et les vôtres aussi bientôt.

 

0/ ATTENTION : Dites NON au « putaclic »

Quand vous allez maîtriser le pouvoir des titres. Vous allez être tenté de les utiliser à toute les sauces.

Pas de soucis, mais attention.

 

Tombez pas dans le “putaclic”

C’est à dire, un titre trop alléchant et un contenu à vomir derrière.

 

Faites ça et c’est la blacklist assurée. Les sites de buzz en ont tellement abusé que les lecteurs ont un détecteur à putaclic. Vous allez perdre toute crédibilité.

 

Si vous annoncez un titre fort, vous avez intérêt à assurer derrière.

Ca tombe bien, dans tous les cas il faut que vous assuriez derrière si vous voulez que votre blog cartonne.

 

Un conseil. Commencez par écrire des contenus de grande classe.

Puis ajoute des titres magnétiques. C’est la sauce piquante qui va relever votre plat.

 

1/ L’autorité

C’est la méthode que j’utilise dans cet article.

 

Nous, les êtres humains (je crois pas avoir assez de buzz pour être lu sur Mars… bientôt j’espère). On a une confiance aveugle en l’autorité.

 

L’autorité, c’est quoi ?

C’est le top de la crédibilité dans un domaine.

 

En 1960, le psychologue américain Stanley Milgram a réalisé une expérience flippante.

Il a montré qu’un homme, sous les ordres d’un scientifique. Est capable de faire subir des douleurs insoutenables à une autre personne. Allant jusqu’à lui infliger la mort.

 

Quelques exemples de figures d’autorité sont les bienvenu, n’est-ce pas ?

autorité1

 

Cette personne a réussi à perdre “énormément” de poids. Elle sait de quoi elle parle. Si ça a marché sur elle, ca devrait marcher sur vous. Pas vrai ?

Vous cliquez

autorité3

 

Qui mieux qu’un chef pâtissier pour vous apprendre à faire des desserts de rêve ?

BOUM. Vous cliquez.

 

L’autorité nous met en confiance. On se pose pas de question, on exécute.

Les experts nous rassurent. Ils nous montrent la voie. Ils savent, eux.

 

Comment l’utiliser :

Ajoutez une marque d’autorité dans votre titre. Même si c’est juste pour la forme :

(une blague s’est cachée dans l’un des titres ci-dessus, saurez-vous la débusquer ? :))

 

2/ Les Émotions

Le neuro-scientifique Antonio Damasio s’est intéressé à des personnes atteintes d’une maladie rare. Une maladie qui paralyse la partie du cerveau qui génère les émotions.

 

Il a fait une découverte fascinante. Ces personnes sont incapables de prendre des décisions. Même les plus simples comme : “Poulet ou steak ce soir ? “

 

Antonio Damasio a montré que nos décisions sont contrôlées par nos émotions. Et pas par la logique comme on pourrait le croire.

 

Souvenez-vous de ça la prochaine fois que vous allez vous énerver contre votre pote qui prend que des décisions “débiles” qui vous semblent illogiques.

 

La décision de cliquer n’échappe pas à la règle. Si le titre provoque nos émotions, on clique.

curiosité3

 

Le rire..

Vous cliquez.

emotion2

 

Qu’on croit ou pas en l’amour. Ca nous touche. En bien ou en mal. Mais ca laisse personne indifférent. L’amour est l’un des sentiments les plus puissants.

Vous cliquez.

 

Comment l’utiliser :

Certains mots touchent à nos émotions. Plus que d’autres.

 

Vous voyez l’effet sur-puissant des émotions ?

Avouez, vous avez cliqué même si y’a pas de lien 🙂

 

3/ Le Résultat

Un titre doit aller droit au but. Si je sais pas ce que je vais apprendre, je clique pas. C’est aussi simple que ça.

 

Regardez cet exemple de Stéphane du blog Squid Impact.

exemple-commen-squid-impact

 

Quand un lecteur clique sur un titre c’est pas gratuit contrairement à ce que vous croyez.
Il paye de son temps. Pour lire votre article. Alors il veut savoir pourquoi il paye.

 

Le piège c’est de décrire la méthode. Et pas le bénéfice.

 

Exemple :

 

What the fuck?! Ok cool, mais pourquoi j’ai envie d’apprendre le jardinage japonais ?

C’est un moyen. Un moyen de faire quoi ?!

Ahhhhhhhhhhhh ça permet de faire pousser ses plantes 2x plus vite ?

 

BOUM. Là je clique.

Je m’en FUCKING fou du jardinage japonais.

je veux DES PLANTES PLUS GRANDES QUE CELLE DE MON VOISIN POUR LUI MONTRER QUI EST LE BOSS DU QUARTIER.

 

Avant d’écrire un titre. Demandez vous toujours : “quel est le bénéfice concret pour le lecteur.”

Le bénéfice CONCRET.

 

benefice1

 

benefice3

Vous cliquez.

 

4/ Le “FOMO”

La peur est une émotion puissante. Elle mérite sa catégorie à elle seule dans cet article.

On a peur de tout.

 

Plus particulièrement de rater quelque chose. Une offre exceptionnelle.

Une information indispensable.

 

Les marketeurs appellent ça le FOMO : Feat Of Missing Out

 

peur1

Une exclu. Une astuce. Un secret ? Je le manquerai pour rien au monde.

 

“à voir de toute urgence”.

Ca veut dire que les autres ont adoré. Et moi je suis pas au courant ?!

NOOOOOON il faut que je sois au courant. A tout prix.

Je clique, vite.

 

peur2

“Quoiiiiiiiii je vais mourir ?!”

Vous cliquez.

 

Comment l’utiliser

 

5/ La Curiosité, ce Vilain Défaut

Un bon titre est un titre qui pique votre curiosité. Il en dit un peu, mais pas trop.

 

Je vais pas vous apprendre qu’on est tous curieux. En fait un Homme curieux c’est un pléonasme.

 

C’est comme ça, on aime tout savoir.

A vous d’utiliser ce vilain défaut à votre avantage.

Pour faire du clic et augmenter votre trafic 🙂

 

curiosité1

“olalaaaa j’ai trop envie de savoir ce que Kim a encore fait.”

C’est inévitable, je clique.

 

curiosité2

En plus de la curiosité. Ce titre utilise l’actualité.

C’est un excellent moyen de faire du clic aussi.

 

Après l’élection de Donald Trump. Tout le monde a sauté sur l’occasion.

 

Exemple :  

 

Comment l’utiliser :

 

6/ En Plein Dans le Mille

Généralement, il vaut mieux afficher clairement les bénéfices de l’article.

Mais l’inverse marche aussi. Ciblez précisément le problème du lecteur en décrivant sa situation et c’est le carton assuré.

 

Il se sent compris. Il sent que l’article est fait pour lui et rien que pour lui.

 

cible1

Si vous êtes concerné par ce problème. Vous cliquez.

C’est sur.

 

Votre problème est clairement identifié.

Vous vous dites : “whaou comment il sait ça”

 

Pour réussir un titre comme ça.

Vous devez connaître parfaitement votre domaine. Les principaux obstacles dans votre thématique.

 

Exemple :

 

BINGO.

Je sais que le problème N°1 du blogueur c’est le trafic.

Parce que j’ai fais mes devoirs moi monsieur 🙂

Allez, file dans ta chambre.

cible3

 

7/ Moi moi moi

Pourquoi les tests dans les magazines féminins marchent si bien ?

 

Parce qu’on Adoooooooore en savoir un peu plus sur nous même.

On veut se rassurer en permanence.

 

Et si c’est flatteur, on balance sur Facebook.

On est terrible.

moimoimoi1

 

moimoimoi2

 

Y’a qu’à voir le flux d’actualité Facebook. 50% des posts sont des tests du genre “quel personnage de disney êtes vous”.

 

Tout ceux qui sont SIMBA (la chance) vont partager leur résultat à coup sûr.

 

Comment l’utiliser :

michel-sapin

 

 

Le dernier est un titre “liste” simple.

Avec une touche personnelle. Vous voulez savoir votre note sur 20. Si vous êtes bon ou juste moyen ?

Vous cliquez.

 

8/ Les Mots Puissants

Vous remarquez que ces titres utilisent des mots puissants.

Les mots puissants nous réveillent. Ils attirent notre attention comme un énorme aimant de cartoon.

aimant-gif

 

Les mots puissants font appels aux émotions. Aux sens.

 

Quand on écrit, on a tendance à utiliser des mots simples. De tous les jours.

Mais ces mots ne transportent pas assez d’énergie. Il vous faut des mots chargés en jus 3000 volts pour mettre un coup de défibrillateur à votre lecteur.

 

Astuce: pour trouver des mots puissants, utilisez le dictionnaire des synonymes.

(http://www.synonymes.com/)

 

Exemple :

 

Les exemple dans cet article

Découvert : découvrir fait appel à la curiosité. On aime la nouveauté. L’exclusivité

 

Énormément : c’est pas juste “beaucoup”. “Beaucoup” on l’utilise tous les jours, il pue. “énormément” ca envoit du lourd.

 

Astuces : une astuce c’est efficace. On veut pas la manquer.

 

De rêve : des desserts “très bon”. C’est plat. Alors que “de rêve” ca en jète, l’effet “Whaou” assuré.

 

Perdre foi : la foi évoque la religion. Croyant ou pas, tout le monde respecte la religion.

 

Très drôle : aurait pu être remplacé par “hilarant” ou “à se pisser dessus”

 

Plus rapidement : aurait pu être remplacé par “à la vitesse de la lumière” ou “à toute allure”

 

De toute urgence = #génie. Rien à dire.

 

Beaucoup trop loin = “beaucoup + trop” joli combo. Ici 2 mots barbants forment 1 mot puissant.

 

La langue française est riche. Chaque mot à son poid.

Surtout dans un titre qui n’en contient que 6 ou 7.

 

Ecrivez 50 titres par article.

Jusqu’à trouver la formulation parfaite.

Le mot juste.

 

A Vous de Jouer

A chaque fois qu’un lecteur voit votre titre il se pose cette question :

“clique” ou “clique pas” ?

 

Et ça arrive plus souvent que vous croyez.

 

L’impact sur votre trafic est direct.

 

A votre tour.

Voilà ce que vous allez faire dès maintenant :

 

  1. prenez votre meilleur article. Celui qui a le plus de vues dans Google Analytics (ou celui qui a le plus de partages Facebook)
  2. écrivez 50 versions différentes du titre. Oubliez pas de vous amuser à cette étape. Imaginez votre lecteur en train de se dire “whaaaaat obligé je clique” 🙂
  3. revenez nous dire que vous avez trouvé un titre qui pète le feu et partagez le avec nous en commentaire.

 

Écrit avec

 

Psst, vous avez aimé ces astuces ?

Et vous voulez aller encore plus loin pour booster votre trafic. J’ai une autre surprise pour vous : les 39 secrets des blogs qui ont du trafic. Procurez vous ce trésor gratuit maintenant. Avant que je ne décide d’en faire un eBook payant sur Amazon… je veux les secrets maintenant.

 

 

Cet article 14 Titres de génie : La méthode BuzzFeed pour booster son trafic immédiatement est apparu en premier sur Social Media Pro.

Source : http://feedproxy.google.com/~r/socialmediaprofr/~3/vfalwfpwdru/


6 moyens scientifiquement prouvés pour augmenter votre pourboire

mercredi 20 septembre 2017 à 18:22

Grâce aux recherches scientifiques et aux différentes expériences menées dans le secteur de la restauration, retrouvez les 6 meilleures stratégies qui vous permettront d’augmenter vos pourboires et d’offrir une meilleure expérience à vos clients.

 #1 Présentez-vous

De nombreux chercheurs ont constaté que le fait de se présenter était une excellente technique pour augmenter sa rétribution [1]. C’est aussi ce qu’a révélé une expérience de 1990, qui consistait à diviser les serveurs en deux groupes : dans le premier, l’idée était d’accueillir le client de la manière suivante : « Bonjour, je m’appelle Amélie, et c’est moi qui m’occupe de vous ce midi. Avez-vous une idée de ce que vous souhaitez commander ?« . Dans le second, les serveurs ne donnaient pas leurs noms.

Résultat : le premier groupe a recueilli 23% de pourboires en plus. Il va cependant de soi que la présentation doit être la plus naturelle et chaleureuse possible.

#2 Mesdames, portez du rouge

Saviez-vous que la couleur des vêtements pouvait affecter les comportements ? Dans son livre « L’étonnant pouvoir des couleurs »[2], Jean-Gabriel Causse explique que lorsqu’une auto-stoppeuse est vêtue se rouge, les chances pour qu’un automobiliste (mâle) s’arrête sont multipliées par deux. La générosité que cette couleur encourage est confirmée dans une expérience menée par deux chercheurs en sciences du comportement [3] auprès de plus de 700 clients de restaurants français, puisqu’il en a résulté que les hommes ont donné en moyenne entre 15 et 25 % de plus aux serveuses habillées en rouge. Le rouge à lèvre s’est également révélé être une arme efficace.

Malheureusement messieurs, porter du rouge ne bénéficie qu’à la gente féminine ! Ne soyez donc pas étonnés si vos vêtements couleur carmin laisse indifférente votre gratification.

#3 Distinguez-vous

Dans un article intitulé « Elle portait une fleur dans ses cheveux : l’effet de l’ornement sur la communication non verbale« [4], les chercheurs Stillman et Hensley ont constaté que les serveuses qui avaient intégré une fleur à leur coiffure recevaient des pourboires plus élevés que les autres. Et de manière plus générale, il a été prouvé que les clients donnent plus volontiers à ceux qui portent un accessoire qu’à ceux qui n’en portent pas. 

#4 Soignez la touche finale

La toute dernière impression est cruciale : de très nombreuses recherches prouvent que les individus sont très fortement influencés par ce qu’ils ont entendu ou vu en dernier pour juger de la qualité de leur expérience. Par conséquent, le comportement des serveurs à la toute fin du repas peut très profondément impacter l’impression générale du client et le pourboire qu’il attribuera.

À titre d’illustration, une étude a montré que les serveurs qui rédigeaient le message « Merci » sur la note recevaient un pourboire plus généreux que ceux qui ne le faisaient pas [8].

#5 Exprimez votre appréciation

L’une des meilleures manières d’influencer positivement un client consiste à lui montrer votre appréciation. En psychologie sociale, il est clairement établi que l’on a tendance à apprécier ceux qui nous apprécient. Une étude a d’ailleurs démontré que lorsqu’une personne se sent appréciée, elle sera instinctivement dans des dispositions très favorables à l’égard de la personne qui l’apprécie.[5]

Pour les équipes au restaurant, cela peut se traduire par le fait d’adresser des paroles agréables aux convives comme par exemple “C’était un plaisir de vous servir ce midi, passez une très belle journée” (d’ailleurs vous pouvez l’écrire au dos de la note à défaut de le dire oralement) ou encore les féliciter pour leur choix en notant leur commande.

#6 Conseillez, de manière désintéressée

Le psychologue social Robert B. Cialdini [7] a constaté que le serveur qui s’attachait à guider le choix de ses convives de manière détachée, en les orientant vers des choix moins onéreux, obtenait des résultats fort favorables. L’idée est qu’à chaque commande exprimée, il s’adresse au client sur le ton de la confidence « je crains que ce plat ne soit pas le meilleur aujourd’hui; je vous conseille d’opter pour le plat A ou B, qui ont beaucoup de succès ce soir« ; la particularité du conseil étant que le plat A et B étaient tout deux moins coûteux que le plat choisi à l’origine.

Le chercheur susmentionné explique qu’en « combinant les facteurs de réciprocité et d’autorité crédible dans une seule et même élégante manoeuvre, le serveur met toutes les chances de son côté de gonfler substantiellement son pourboire »; en effet, il inspire confiance au client qui voit en lui une personne honnête et de confiance.

De nombreux autres facteurs peuvent favoriser un meilleur pourboire comme par exemple le fait pour une serveuse de toucher très légèrement (pas plus de 3 secondes) ses clients sur la main ou l’épaule,[9] le fait de répéter la commande (augmentation de 68%) car c’est un gage de confiance et de compétence[10], de raconter une histoire drôle (les histoires pas drôles fonctionnent aussi), de complimenter, de distribuer des douceurs supplémentaires en fin de repas car cela leur donne l’impression d’avoir un traitement spécial, de griffonner un smiley sur la facture, de prévoir du beau temps…

Références 
[1] Kimberly Garrity et Douglas Degelman, « Effect of Server Introduction on Restaurant Tipping« , 1990
[2] Jean-Gabriel Causse, « L’étonnant pouvoir des couleurs« , 20 mai 2014
[3] Nicolas Guéguen, « Clothing Color and Tipping : Gentlemen Patrons Give More Tips to Waitresses with Red Clothes », publiée dans la revue Journal of Hospitality and Tourism Research, 18 Avril 2012
[4]  J.W. Stillman and W.E Hensley « She wore a flower in a hair: The effect of ornamentation on nonverbal communication« . Journal of Applied Communication Research, 1: 31–39, 1980
[5] D. Kenny and W. Nasby. « Splitting the reciprocity correlations » Journal of Personality and Social Psychology, 38, 1980. p. 439 – 448.
[6] S. Seiter. “Ingratiation and gratuity: The effect of complimenting customers on tipping behavior in restaurants.” Journal of Applied Social Psychology, 37, 2007.
[7] Robert B. Cialdini, “Influence: The Psychology of Persuasion”, 1984
[8] B. Rind and D. B. Strohmetz. “Effect on restaurant tipping of a helpful message written on the back of customers’ checks.” Journal of Applied Social Psychology, 31, 2001.
[9] April H. Crusco, Christopher G. Wetzel, « The Effects of Interpersonal Touch on Restaurant Tipping« , 1984
[10] R. B. van Baaren, R. W. Holland, B. Steenaert and A. van Knippenberg. “Mimicry for money: Behavioral consequences of imitation.” Journal of Experimental Social Psychology, 39, 2003. p. 393 – 398.

Source : https://blog.zenchef.fr/6-moyens-scientifiquement-prouves-pour-augmenter-votre-pourboire/


Zenchef veut aider les anciens de Ferrandi à mieux utiliser le digital au service de leur restaurant

mercredi 20 septembre 2017 à 14:55

Lundi soir, Ferrandi Alumni célébrait son quatrième gala avec deux cents anciens élèves présents. Présidée par le chef François Pasteau, l’association partenaire de Zenchef continue de renforcer sa structure et cherche à recruter de nouveaux diplômés pour venir grossir les rangs.

Ferrandi Alumni avait mis les petits plats dans les grands lundi soir à l’occasion de son gala annuel. Le rendez-vous était donné sur la Seine, sous la Tour Eiffel pour une croisière nocturne. Des anciens de l’école de la rue de l’Abbé Grégoire avaient préparé certain des plats de leur restaurant pour animer cette rencontre.

Une association d’anciens élèves présidée par François Pasteau

L’événement se voulait rassembleur, porté par François Pasteau, président de l’association depuis près de 15 ans. « Ferrandi, c’est une très belle école qui mérite d’avoir une association des anciens élèves forte et solidaire. Ferrandi nous a marqués, Ferrandi nous a donnés les bases de la cuisine pour grandir dans notre métier. »

Ferrandi, une carte de visite dans le monde de la gastronomie

Chaque année, l’école compte 2300 étudiants et diplôme près de 800 jeunes. 89% d’entre eux sont insérés dans le monde du travail six mois après leur sortie. « Ferrandi, c’est une carte de visite. Derrière, on sait qu’il y a une formation d’excellence, sérieuse, faite par un corps d’enseignants extraordinaires qui n’ont qu’une envie : transmettre », souligne celui qui vient de sortir le livre « Manger éco-responsable ».

« Une bonne école est une école qui insère bien »

Pour Bruno de Monte, le directeur de l’établissement depuis 8 ans, l’association Ferrandi Alumni contribue à augmenter la bonne notoriété de l’école et à faire du lien entre les différentes générations de chefs et restaurateurs. « La réputation d’une école repose sur la qualité de son corps professoral, mais beaucoup aussi, sur ses anciens et leur réussite. Une bonne école, c’est une école qui insère bien et qui permet à ses étudiants d’avoir de brillante carrière. Ce gala est aussi pour nous l’occasion de savoir ce qu’ils sont devenus et de les féliciter.  »

Zenchef veut aider les anciens de Ferrandi à mieux gérer la visibilité et les réservations en ligne dans leur restaurant

Zenchef, Rational, Badakan et d’autres partenaires avaient également pris place sur le bateau pour présenter leur produits aux diplômés de Ferrandi. Xavier Zeitoun, PDG et co-fondateur de la startup, leader des modules de réservation en ligne, en a profité pour monter, aux nombreux restaurateurs présents, l’intérêt du digital pour développer leur établissement. Une offre spéciale leur est également réservée pour tout nouvel abonnement.

Sensibiliser les restaurateurs d’aujourd’hui et de demain

« Le digital est une thématique importante, intégrée dans nos cursus », soulignait Bruno de Monte qui essaie, avec toute son équipe, d’insuffler un esprit entrepreneurial à ses élèves. »Ce qui ne veut pas dire que l’on va former des pros dans ces métiers-là car ce n’est pas notre coeur de métier. Néanmoins, un futur créateur ou repreneur d’entreprise dans le secteur de la restauration aura été sensibilisé à ces problématiques d’e-réputation et de marketing digital. Sans cela, il aura du mal à lancer son affaire. »

« Digitaliser son restaurant ne veut pas dire s’éloigner de ses clients »

Et François Pasteau, utilisateur et ambassadeur de Zenchef au sein de L’Épi Dupin d’ajouter :  » Zenchef est un très beau partenaire au quotidien qui m’aide à gagner du temps. Cela peut paraître paradoxal mais digitaliser son établissement ne veut pas dire s’éloigner de ses clients. Bien au contraire, c’est avoir encore plus de temps à consacrer humainement à nos clients. »

Source : https://blog.zenchef.fr/ferrandi-alumni-restaurant-zenchef/