fans trafic - Trouver des clients pour votre restaurant

Fans Trafic regroupe l'information sur les méthodes marketing via les reseaux sociaux

Comment faire venir les millenials dans son restaurant ?

lundi 10 juillet 2017 à 18:26

Ils ont entre 18 et 34 ans, font partie d’une génération appelée Y et représentent aujourd’hui 21% de la population française, soit 75% de la population active en 2026 en France selon Food Service Vision. Cette catégorie de la population est à l’origine de 39% des visites au restaurant, annonce The NPD Group, qui analyse les tendances de consommation en restauration.

Très représentés sur le marché, avec des usages et besoins différents de leurs prédécesseurs, ces millenials changent la manière de se restaurer. Les 18-24, majoritairement des étudiants qui représentant deux tiers de la génération, n’ont pas le temps de s’attabler. Ils vont consommer dans des points de vente qui proposent des offres goûtues, copieuses et pratiques, souligne The NPD Group.

#Les 18-34, un nouveau moteur pour la restauration

Maria Bertoch, Industry Expert Foodservice, détaille : « Les millennials sont l’un des moteurs qui façonnent ce futur vers lequel les acteurs de la restauration doivent se tourner dès aujourd’hui. Les séduire fait partie intégrante de la stratégie globale des enseignes : produits premium pour certains, offres alléchantes pour d’autres, une ambiance décontractée du restaurant répondant aux codes de cette nouvelle génération… Plus globalement, tous cherchent à prendre dès aujourd’hui rendez-vous avec leurs clients de demain. »

Un ticket moyen supérieur pour les 24-34 ans

Pour les actifs de cette tranche d’âge, c’est le pouvoir d’achat qui fait la différence. Ils ont un ticket moyen de 15% supérieur pour leurs dépenses dans des adresses de restauration rapide (7,1 euros en moyenne contre 6,2 pour que leurs cadets) et de 30% quand il s’agit de commander dans les adresses de restauration assise.

#Les tendances qui attirent les millenials

Proposer des services en ligne

Les jeunes de 18  à 34 passent entre 5 à 6 heures par jour sur leur mobile qu’ils utilisent pour tout. « Ils trouvent dans les services digitaux proposés par les restaurateurs le moyen de consommer à toute heure en fonction de leurs envies du moment », ajoute The NPD Group. Les applications de livraison, les sites internet de restaurants adaptés au format de lecture d’un smartphone et les modules de réservations en ligne proposés par les restaurateurs répondent ainsi totalement à l’attente de cette génération.

Des offres de consommation à toute heure

Cap sur le matin ! Le premier repas de la journée a le vent en poupe. De mars 2016 à mars 2017, le petit déjeuner a connu une augmentation de 6% des visites de millenials. L’autre créneau horaire sur lequel les restaurateurs doivent être présents, c’est le snacking qui progresse de 5% de fréquentation , contre 1% si on ramène ce chiffre à la population totale.

Une commande sur 2 faite par un millenial

66% des millenials se font livrer des repas 2 fois par mois, soit 11% de plus qu’en fin d’année 2016, selon un étude publiée en mai par Food Service Vision. Tiraillés entre leur études, leur travail et leur vie sociale, les 18-34 ans choisissent la livraison pour son côté pratique. Ils allouent un budget de 23 euros en moyenne, à chaque commande.

Avoir une nourriture saine

4 millenials sur 10 possèdent une application pour suivre leur santé, leur consommation de calories ou leur activité sportive. Ils sont adeptes de menus à base de produits sains et locaux, ils aiment les régimes « sans » et flexitariens. Cette révolution dans les assiettes reflète une prise de conscience qui risque de s’inscrire sur le long terme.

Source : https://blog.zenchef.fr/comment-faire-venir-les-millenials-dans-son-restaurant/


Gérer les avis clients dans son restaurant

lundi 10 juillet 2017 à 18:15

Lors de la 12e édition des Étoiles de Mougins, Frédéric Martineau-Chalain, du restaurant Les Garçons à Nice et Guillaume Arragon, Maître Restaurateur au Bistrot Gourmand à Cannes, intervenaient au sujet de la gestion des avis clients grâce au module Zenchef.

Les 3 points à retenir sur les avantages de Zenchef pour les restaurateurs :

Être capable de connaître les mauvais avis …

Frédéric Martineau-Chalain, restaurant les Garçons à Nice : « On communique avec les clients à partir de la base de données, car ils ont réservé en ligne la plupart du temps. Les avis Zenchef sont intéressants car on peut traiter les remarques négatives et adapter les choses ».

…. et de les traiter en conséquence

Frédéric Martineau-Chalain, restaurant les Garçons à Nice : « On a les emails au travers des avis Zenchef donc on peut répondre directement au client s’il y a quelque chose qui ne s’est pas bien passé. Quelques fois, on peut leur proposer de revenir pour avoir une autre perception du restaurant. On reste en lien, c’est très important car sinon ce ne serait pas constructif. »

Guillaume Arragon, restaurant Bistrot Gourmand à Cannes : « S’il y a un problème, on va les inviter à revenir pour discuter et faire un petit geste pour qu’ils revoient leur avis à la hausse. »

Guillaume Arragon, restaurant Bistrot Gourmand à Cannes : « La fonctionnalité pratique c’est les messages pré-enregistrés.Ça nous fait gagner pas mal de temps, et j’y ai beaucoup recours. Quand j’ai un avis qui passe par Zenchef, si c’est un très bon avis, j’ai une réponse quasi toute prête, je remercie les habitués. Quand il y a des choses qui ne vont pas, là du coup je personnalise. »

Frédéric Martineau-Chalain, restaurant les Garçons à Nice : « Les avis Zenchef sont très importants car cela permet d’avoir deux pendants. Il y a des gens qui ont encore des a priori sur TripAdvisor, donc le fait d’avoir sur le site à la fois les avis TripAdvisor et Zenchef, cela donne une crédibilité supérieure. »

Guillaume Arragon, restaurant Bistrot Gourmand à Cannes  : « On peut inciter les gens qui ont laissé un avis sur notre site, à le laisser sur Tripadvisor. Ça nous fait aussi une bonne note en plus. »

 

Source : https://blog.zenchef.fr/gerer-les-avis-clients-dans-son-restaurant/


Repenser la vente de glace dans son restaurant

lundi 10 juillet 2017 à 18:00

De la glace, partout, tout le temps, c’est la nouvelle tendance de l’été. Une profusion de saveurs a été imaginée par les maîtres glaciers comme Jérémie Runel de La Fabrique givrée et Vincent Visseyrias de Histoires de Glaces, afin que les restaurateurs puissent proposer de la glace à leurs clients dès l’entrée.

#Vendre la glace autrement qu’en dessert

La glace dès l’entrée

Vincent Visseyrias travaille beaucoup avec les restaurateurs, et adapte ses glaces à leurs demandes. « La glace a l’avantage de pouvoir être faite à partir de n’importe quel aliment, en fonction de l’imagination du restaurateur. Cette année, on trouve par exemple de la glace à la betterave rouge et vinaigre balsamique. La glace permet de mettre en valeur un aliment, là où le client ne l’attend pas, par exemple, pour une entrée, on peut proposer un melon avec une boule de sorbet au pastis, ou encore un carpaccio de saumon avec du sorbet de bergamote ».

La glace en salade

Pour un coup de frais dans nos assiettes cet été, le sorbet est le bienvenu dans nos salades. “Par exemple une laitue avec du sorbet de pêche, accompagné de quartiers de pêche, et pour assaisonner, du vinaigre à la framboise saupoudré de fruits secs, et le tour est joué !”. La composition va dépendre de la saveur du sorbet, mais il est bon de faire des rappels de goûts.

La glace et le velouté

Un velouté froid permet toujours d’étancher sa soif et les clients en raffolent l’été. Pourquoi ne pas accorder cette soupe consistante avec de la glace ? “Velouté d’asperges et glace bacon, velouté de butternut et glace à la truffe ou encore velouté de petits pois et sorbet menthe” recommande Jérémie Runel.

#Miser sur la tendance au naturel et à l’artisanal

De bonnes matières premières

Les deux glaciers sont unanimes : il faut privilégier les produits naturels afin que « la glace se rapproche le plus possible du goût naturel du fruit ou du légume, sans arômes”. Jérémie Runel conseille au restaurateur de s’informer sur la provenance du produit et d’éviter au maximum quelconque ajout chimique. Il faut être vigilant en termes d’ingrédients et éviter les listes à rallonge. »Une bonne glace c’est d’abord de bonnes matières premières avec un bon foisonnement ».

Mise en valeur de la glace artisanale

Vincent Visseyrias conseille d’orienter son choix plutôt vers des glaces artisanales avec un pourcentage de matières premières aromatisantes le plus naturelles possibles. « La glace est le dessert préféré des Français, pourtant on n’en consomme pas beaucoup, il faut donc la mettre en valeur. Si c’est artisanal, il ne faut pas hésiter à marquer le pourcentage de fruits ou de légumes dedans ».

#Faire sa glace

Le pour

Le créateur glacier Jérémie Runel prêche la glace home-made. “Les restaurateurs devraient faire leur glace directement. C’est facile, et c’est rapide. Ils peuvent acheter une petite turbine ou un Pacojet, qui est un mixeur très puissant. Il suffit de congeler le produit avant, puis d’utiliser la machine. Ainsi, on est assuré de la qualité et de l’authenticité du produit. On peut même envisager de mixer des carcasses de langouste”.

Le contre

Toutefois, pour Vincent Visseyrias, il faut prendre en compte « les normes d’hygiène draconiennes » qui compliquent le fait de produire sa propre glace. « Il vaut mieux s’adosser à un bon glacier et se concentrer sur l’organisation du service et qu’il y ait des gens dédiés à faire les boules ».

#Choisir sa glace selon le prix de revient d’une boule

Vincent Visseyrias conseille de ne pas comparer deux prix mais le prix de revient d’une boule du bac. Quand le bac est très aéré, on perd de la glace à cause du tassement. C’est pour cela que la glace n’est plus vendue au litre mais au poids.

#Laisser libre cours à son imagination

“On peut servir de la glace pour des desserts chauds ou froids, des entrées, des plats… On peut accompagner un alliage sucré-salé de quelque chose de granité pour donner du caractère à la composition. Il n’y a pas de limite, tout peut se faire, il faut laisser libre cours à son imagination”. Certains mariages riches en saveur sont imaginables : concombre-citron, pomme-céleri, framboise-poivron, crème glacée-avocat…

Source : https://blog.zenchef.fr/repenser-la-vente-de-glace-dans-son-restaurant/


Comment vendre le cidre autrement dans son restaurant ?

lundi 10 juillet 2017 à 17:34

Emeric Berthet tient la crêperie de l’Atelier-Mabillon à Paris. Il pense que le cidre est en train de reprendre du galon. En effet, bien que cette boisson soit en général associée à certaines fêtes ou à certaines régions, ce restaurant propose des cocktails originaux à base de cidre. C’est une boisson qui plaît à tout le monde et qui devient de plus en plus tendance selon ce restaurateur. Santé ! 

#Sélection pointue des cidres

Les cidres d’Emeric Berthet proviennent des quatre coins de la France. Il a choisi ses cidres en allant à des dégustations pour trouver ceux qu’il voulait. « Je privilégie le demi-sec car c’est un entre deux, ni brut ni sec, qui reste du cidre 100% jus de pommes. Cela signifie qu’il y a un degré de fermentation moins fort que le cidre brut, ce qui donne un côté plus fruité et rafraichissant ». À l’Atelier, on trouve une variété de huit types de cidre. Du jus de pomme pétillant au cidre produit en permaculture, les breuvages sont très différents. « Le cidre rosé a un goût particulièrement unique car la chair rouge de la pomme utilisée lui donne une saveur de fraise ».

#Les cocktails au cidre

L’Atelier propose des cocktails à base de cidre, certains avec du gin, du cognac, ou de la fleur de sureau.

Le Mabillon

L’Orange platonique

#Pourquoi le cidre, c’est le top

Emeric Berthet explique que la bière ne plaît pas à tout le monde, tandis que le cidre fait toujours l’unanimité. « Le cidre commence à reprendre ses lettres de noblesse. C’est de la pomme, c’est naturel, et il y a peu d’alcool ». De plus, le cidre peut accompagner tout type de produits locaux comme le camembert. « La tendance est au demi-sec, et l’on peut s’en servir pour détourner tout type de cocktail ».

Source : https://blog.zenchef.fr/comment-vendre-le-cidre-autrement-dans-son-restaurant/


Les cuisiniers qui cuisinent chez eux… une denrée rare?

vendredi 7 juillet 2017 à 14:29

Il y a ce métier qui nous passionne au quotidien, mais quand arrive le moment de cuisiner à la maison, il y a parfois un petit problème. Le blog d’une vie en cuisine lève le voile.

Source : https://blog.zenchef.fr/les-cuisiniers-qui-cuisinent-chez-eux-une-denree-rare/